:o) 1ère séance : Mardi 14 mars à la Verrière

photo 2(1)

 

Lien vers compte-rendu en document partagé :

https://annuel.framapad.org/p/C-R_1ere_seance_crea_chantier_etat_d_urgence

(chacun peut le modifier en choisissant une couleur différente)

 

Extraits partagés en lecture :

 » Le monde est allé de plus en plus vite (…). Aujourd’hui, les hommes qui ne sont pas aptes à soutenir ce train d ‘enfer demeurent au bord de la route et souvent attendent en vain qui les dépannera et leur permettra de recoller au convoi. La raison veut-elle que nous nous inclinions devant un processus que l’on dit irréversible ou bien ne nous invite-t-elle pas plutôt à nous soustraire à une telle galopade quand rien ne la justifie ? Une simple remarque m’inciterait à emprunter la seconde voie : Les personnes si rapides devraient, en principe, accumuler une petite pelote honorable de temps libre où enfin elles vivraient pour elles-mêmes sans se soucier d’une tâche imposée. Or à l’évidence, elles me semble vivre misérablement dans une sorte de pénurie, étant toujours à la recherche de quelques instants où elles seraient libérées d’un forcing épuisant.

(…) Cette lenteur n’est pas un trait de caractère, mais un choix de vie : il conviendrait de ne pas brusquer la durée et de ne pas nous laisser bousculer par elle – une tâche salubre, urgente, dans une société où l’on nous presse et où souvent nous nous soumettons de bon cœur à un tel harcèlement. »

Du bon usage de la lenteur, Pierre Sansot

Et le texte lu par Audrey en téléchargement ci-dessous :

photo 1(1)« Edito de François Cervantes », Cie L’Entreprise

Facebooktwittergoogle_pluspinterest