Création collective

Titre provisoire : « Il est urgent de prendre le temps de vivre » ou « La Révolte des Minuscules »

Nouvelle création dans l’espace public prévue pour le printemps 2019

Aujourd’hui, on court, on gère l’humain comme de l’argent, on monnaye l’air et l’eau et on se brûle, on se jette, on rejette, on se gaspille… A force de courir après des systèmes devenus inhumains, on oublie de prendre soin de l’autre et de prendre soin de soi, des liens, de ces liens qui sont le moteur de la vie. D’une vie où le rythme de chacun s’accorderait avec celui des autres. Une vie chorale où chacun se sentirait « être » soi dans un ensemble. Une polyphonie d’êtres.

Et si la plus grande urgence était de prendre le temps de vivre ?

Etat d’urgence et espace public

Nous sommes actuellement dans la genèse de la construction de ce propos. Nous cherchons à entrer en profondeur dans l’expérience du collectif : nous accorder, mettre en commun, faire confiance et se questionner.
Toutes ces interrogations nous mènent à notre rapport à l’état d’urgence.

Dans quel état sommes-nous ? Là, maintenant, tout de suite. En état d’urgence, en état d’attente, en état de conscience ? Sommes-nous en résistance ? Subissons-nous ? Acceptons-nous ? Dans quel état nous met l’urgence ? Ça fait quoi au corps ? A l’esprit ?

Nous nourrissons une envie commune de questionner la Cité. Existe-t-elle, cette «communauté politique dont les membres (citoyens) s’administrent eux-mêmes» ? L’espace public, c’est la Cité ? Les quartiers « chauds », c’est la Cité ? La rue, la place, c’est la Cité ? Comment partage-t-on notre espace public ? Est-ce qu’on lui appartient ? Est-ce qu’il nous appartient ? Je suis filmé.e, je suis fouillé.e, je suis observé.e, mon regard, mes yeux sont kidnappés par les panneaux publicitaires, par les messages d’avertissement. Mes yeux sont-ils encore ouverts pour voir ce système, ai-je du recul ?

Equipe artistique : Juliet Coren-Tissot, Anaïs Ancel, Aline Boucraut, Audrey Vandomme, Alexandre Florent, Marc Amyot, Amandine Barbotte, Maja Bieler, Céline Chocat

Facebooktwittergoogle_pluspinterest