Alexandre Florent

Après avoir pendant plus de 10 ans, travaillé comme régisseur dans la production cinématographique, où j’ai pu côtoyer Jean-Pierre Jeunet, Bertrand Tavernier ou encore Eric Rohmer, je sens qu’il est temps pour moi de passer à autre chose, de raconter mes propres histoires. Je découvre alors l’improvisation scénique sous la direction de Fabrice Herbaut. Je pousse ensuite les portes de l’école du Samovar. Pendant 3 ans, entre stages et ateliers, puis pour la formation professionnelle de clown, aux côtés de Yvo Mentens, Heinzi Lorenzen, Gabriel Chamé. Parallèlement j’explore le burlesque avec la compagnie De rien merci, ou le bouffon avec Fred Pechin.

Si cette formation se déroule essentiellement en salle, c’est dans la rue que je fais mes premières armes en tant que professionnel avec la Compagnie Arzapar, ou en tant que bénévole dans des camps de réfugiés. La rue, l’espace public est un formidable terrain de jeu qui permet une liberté totale d’expérimentations, de rencontres et de création. Parce que le public n’est pas captif, c’est aussi un endroit qui ne permet pas de compromis ; il ne tolère pas la médiocrité, il faut tout donner, se dépasser en permanence. C’est un challenge de chaque instant, chaque seconde compte, toujours dans l’urgence mais jamais dans la précipitation.

Arrivé tardivement dans ce métier, c’est la direction que je souhaite prendre en tant qu’homme mais surtout en tant qu’artiste.

Facebooktwittergoogle_pluspinterest